Help ! Je n’en peux plus ! Comment survivre à mon quotidien ?

Dans le cadre de mon activité, je reçois actuellement des personnes qui se présentent comme épuisées, avec des douleurs physiques importantes. Depuis 1 an désormais, les phénomènes de COVID et son lot de décisions mouvantes, nécessitent des adaptations permanentes pour répondre aux exigences législatives et sanitaires. Entre les activités des enfants qui s’arrêtent et reprennent puis s’arrêtent, la peur du virus pour soi et pour ses proches, la fermeture des magasins avant 18h et enfin notre vie sociale devenue quasi inexistante, tous les repères que l’on pensait immuables ont explosé. Au travail également, il a fallu s’adapter : télétravail depuis mars pour certains, peur du virus, relations humaines bouleversées, tout en maintenant les exigences de résultats.

Bref, vie personnelle, vie sociale, vie professionnelle tout bouge en permanence. Et il semblerait que cela ne soit pas fini.

Vous pouvez penser que j’écris des banalités. Rappelez vous. Avant cette pandémie et ses conséquences, il n’était déjà pas facile de trouver un équilibre personnel. Vous tiriez sur la corde, vous étiez fatigué(e) pour ne pas dire plus. Le confinement a eu ce mérite de vous reposer, pour d’autres d’accroître votre stress. C’est l’objet de ce papier. J’attire votre attention sur un phénomène qui vous guette si vous n’y prêtez pas garde : le burn out, le bore out ou le brown out.

Kesako ?

Le burn out : Vous vous sentez fatigué dès le matin et vous avez peine à prendre le chemin de votre travail. Vous êtes irritable et ne prenez pas le temps de vous reposer. Vos amis trouvent que vous avez perdu votre humour et votre bonne humeur… Le burn-out exprime le syndrome de l’épuisement professionnel. Il signifie également « s’éteindre », saturer, épuiser… Selon l’OMS, le burn out se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ». Il est provoqué par une surcharge de travail, un surengagement émotionnel, une pression permanente ou des objectifs irréalisables. Attention à ne pas confondre burn out avec surmenage (excès de fatigue résultant d’un excès d’activité qui se régule après le repos ou un rythme normal) ou dépression. Le burn out est toujours lié au travail. Il résulte d’un long processus durant lequel la personne atteinte est en situation de stress chronique. La méconnaissance des signes d’alerte aboutit à un effondrement progressif des ressources psychiques, physiques et émotionnelles.

Le bore out est un syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui. Ce syndrome toucherait environ 30 % des personnes actives en France.

Le brown out est un mal être professionnel lié à l’absurdité et au non-sens des tâches à accomplir. Les symptômes du brown out sont la démotivation et le désinvestissement. Ils grandissent en même temps qu’une perte de repères et de confiance dans le rôle social du travail. Les signes sont l’irritabilité, fatigue, colère intempestive ou humeur dépressive. Intérieurement , le sujet est en perte de confiance et d’estime de soi. Le brown out toucherait plus de 50 % de personnes actives plus ou moins désengagées ou démotivées par leur travail.

Quelques conseils à faire tous les jours. Si ! Si ! c’est possible !

1- Posez vous dans un endroit calme et coupez votre portable
2- Prenez une respiration calme
3 – Connectez vous à votre corps et sans jugement, repérez les zones de tensions et/ou de douleurs. Respirez le plus calmement possible. Si vos pensées polluent ce moment, laissez les passer en vous concentrant à nouveau sur votre corps et identifiez les signaux éventuels que votre corps vous transmet. Soyez patient et indulgent avec vous. La perfection n’existe pas!!
4 – Demandez vous ce qui a été positif dans votre journée. Si si ! il y en a plus que vous ne le pensez…
5 – Vous êtes vous fait plaisir ? avez-vous fait une chose qui vous tenait à coeur ?
6 – Au moment de vous endormir, replacez dans votre mémoire les choses positives que vous avez identifiées au point 4. N’oubliez pas que l’on dort comme on s’endort… c’est-à-dire avec nos dernières pensées.

Tout cela vous semble impossible ? Attention danger ! Prenez le temps de consulter un professionnel qui saura vous aider à dépasser cette période difficile et anxiogène .

*source: AEDIS Editions